Investissement touristique : ce que le Covid a changé

Source : Investissement touristique : ce que le Covid a changé

sunset gb0e05eed4 1280 1

Sous l’impact de la crise, on aurait pu craindre une baisse du nombre de projets, il n’en est rien. D’après le baromètre publié par Ancoris pour le premier semestre 2021, le marché de l’investissement touristique se porte bien en France, avec 86 projets qualifiés sur les six premiers mois de l’année, contre 163 sur l’ensemble de l’année 2020 portés par Ancoris, spécialiste de la détection et du développement de projets d’implantations d’entreprises en France. Et les montants des investissements n’ont pas diminué.

Pour autant, il serait faux de dire que rien n’a changé. « La crise n’a pas eu d’impact sur la quantité des projets, et tant mieux, mais plutôt sur leur nature, commente Guillaume Gady, le directeur général d’Ancoris. Nous voyons émerger des projets autour de nouveaux concepts. Ce qui ressort dans les recherches des investisseurs touristiques, c’est la recherche de grands espaces : les porteurs de projets vont être en quête de biens avec des espaces verts, des plans d’eau, de la forêt…. Le tout dans une logique de déconnexion digitale et de reconnexion avec soi, sa famille, ses amis… »

Au premier semestre 2021, l’hôtellerie et l’hôtellerie de plein air représentent la moitié des projets au premier semestre 2021, soit 51 %. La baisse de 22 points de ces secteurs d’activité par rapport à l’année 2020 est due à la croissance des autres secteurs, analyse Ancoris. « Les gîtes et chambres d’hôtes constituent 31% des investissements touristiques, soit 18 points de plus qu’en 2020. Cette forte augmentation est directement corrélée à une évolution sociétale accentuée avec la crise sanitaire. En effet, les porteurs de projets de ce secteur sont majoritairement en reconversion dans le cadre de projets de vie ou familiaux et aspirent à une meilleure qualité de vie. » Le premier semestre 2021 marque aussi la croissance continue « des demandes concernant les biens de caractère (châteaux, manoirs, biens atypiques) : 10% des projets qualifiés contre 7% en 2020. « Ces projets répondent principalement à la problématique de reprise et restauration du patrimoine des territoires et permettent aux porteurs de projet de proposer des expériences différenciantes, voire innovantes », indique Ancoris.

Des projets de plus en plus diversifiés

Autre évolution : les projets se font de plus en plus hybrides. « De plus en plus de projets incluent des activités, avec une logique d’expérience, observe Guillaume Gady. C’est une tendance qui existait avant la crise sanitaire, mais on ressent que c’est une vraie recherche, et que ces projets fonctionnent.

>>> lire la suite

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires