Former (en ligne) plutôt que licencier, un adage partagé par l’État et les régions

image_pdfimage_print

Source : Former (en ligne) plutôt que licencier, un adage partagé par l’État et les régions

Former plutôt que licencier. C’est le mot d’ordre du gouvernement qui consacre quelque 8,5 milliards d’euros à un vaste plan d’activité partielle (ou chômage partiel) afin de permettre aux entreprises et à leurs salariés de maintenir leurs compétences malgré le confinement général imposé sine die sur l’ensemble du territoire en raison de l’épidémie de Covid-19. En application de la loi d’urgence du 23 mars, le gouvernement va publier une ordonnance le 27 mars afin d’adapter l’activité partielle à la crise sanitaire. Un décret réformant les règles d’indemnisation a également été publié ce 26 mars. En période de chômage partiel, les salariés peuvent suivre des actions de formation, d’apprentissage, de bilan de compétences ou de validation des acquis de l’expérience. C’est d’ailleurs l’appel que lance la ministre du Travail : “Le chômage partiel, c’est un moment où il ne se passe rien alors que, la plupart du temps, ils n’ont pas le temps d’aller en formation. Pour les entreprises, notamment les PME, quand la relance sera là, pour repartir, ce sera très important de retrouver ses salariés avec toutes leurs compétences et savoir-faire maintenus sinon augmentés.”

>> lire la suite

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Derniers articles

Veille Tourisme

Recevez chaque semaine notre veille métier et sectorielle dédiée à l’industrie du tourisme.