Site icon OTB

ENTRETIEN. Morbihan. Il a quitté Disney pour faire découvrir la Bretagne

ENTRETIEN. Morbihan. Il a quitté Disney pour faire découvrir la Bretagne

Source : ENTRETIEN. Morbihan. Il a quitté Disney pour faire découvrir la Bretagne

Evan Adelinet, alias Evan de Bretagne, est blogueur et chroniqueur. Il sillonne depuis des années la Bretagne et publie des vidéos sur les réseaux sociaux. Leurs succès lui ont offert d’autres opportunités, comme travailler pour France 3. Que retenez-vous de l’an dernier ?

Au début du confinement, je ne dormais pas bien. C’était flippant. Mais aussi hyperstimulant. En novembre, face au calme, je me suis lancé dans une série sur les contes et légendes, pour rebondir. Il faut être force de proposition, innover. J’y suis toujours allé au culot. Mes parents ne travaillent pas du tout dans ce secteur : ma mère est agricultrice, mon père salarié du public. Il faut oser. Croire en ses envies. J’ai réalisé mon rêve de gosse et cela me plaît toujours autant.

Blog, Facebook, YouTube… Vos vidéos totalisent 8 millions de vues. D’où vous vient cette passion ?

Mon grand-père était fan de caméras. Enfant, je jouais avec. À 13 ans, j’ai gagné un concours pour faire un reportage pour France 3 national, sur les menhirs de Carnac. Un journaliste de Paris est venu cadrer. J’ai eu un flash, envie de faire ça. Après le bac, j’ai fait un BTS audiovisuel à Toulouse. En 2009, j’ai été pris en apprentissage au service audiovisuel de Disney à Paris, avec l’école des Gobelins.

Vous avez ensuite été embauché par Disney ?

Oui, à Paris. Tournage dans le parc d’émissions comme The Voice, de grosses publicités… Cela a été une super école. En 2015, j’ai passé quatre mois aux États-Unis, travaillé pour le parc en Floride, toujours dans l’audiovisuel. L’année suivante, Disney en ouvrait un à Shanghai : j’y suis allé quatre mois, pour sa promotion. Il y avait trois Américains et moi. C’était génial !

Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?

Ce n’est pas anodin si je fais ce que je fais maintenant. S’adapter à de nouvelles cultures, découvrir comment font les gens dans leur métier… Cela m’a forgé. En rentrant à Paris, j’ai eu envie de développer des vidéos pour mettre en avant les talents des 15 000 employés du parc. Ma chef ne voulait pas. J’ai décidé de le faire en Bretagne.

>> lire la suite

Quitter la version mobile