Colonies de vacances : les professionnels réclament un « PassColos »

Colonies de vacances : les professionnels réclament un « PassColos »

La Jeunesse au plein air, qui rassemble 35 fédérations du secteur éducatif, demande au gouvernement un « PassColos » d’un montant de 300 euros pour tous les enfants du CM2.
image_pdfimage_print

Après le Pass Culture, le Pass’Sport, le PassColos ? C’est en tout cas ce que souhaite la Jeunesse au plein air (JPA), une confédération qui réunit 35 organisations spécialisées dans les voyages de la jeunesse (organisateurs de séjours, syndicats, partenaires de l’Ecole publique, organisations de jeunes, comités social et économique d’entreprise, …).

Une initiative qui se traduirait par l’octroi d’un pass d’un montant de 300 euros pour tous les enfants scolarisés en CM2, soit 836 000 élèves âgés de 9 ans et « issus de toutes les classes sociales », selon la JPA. Et ce, pour un montant total d’environ 250 millions d’euros. « Il est dommageable que des enfants arrivent au collège sans être jamais partis en séjour collectif », estime Christian Dominé, le président de la confédération. Car c’est bien de la désaffection des Français pour les colonies de vacances dont il est question.

Depuis dix ans, un nombre de départs stable « à un point bas »

Depuis leur apparition en France à la fin du XIXe siècle, les colonies de vacances sont devenues de véritables outils de politique publique au cours du siècle dernier, permettant à des dizaines de millions d’enfants de partir en vacances. Etroitement liées aux comités d’entreprise, elles participent à la découverte du patrimoine, à la pratique de nouveaux sports, et favorisent la mixité sociale. Mais le désengagement progressif de l’Etat sur le sujet et l’émergence de nouvelles possibilités de vacances ont rendu la recette moins savoureuse aux yeux des Français.

Depuis dix ans, les colonies de vacances ont moins la cote et « le nombre de départs s’est stabilisé à un point bas », relève l’organisation. Au total, 15% des parents souhaitent proposer un tel séjour à leur enfant, selon un sondage* Ifop pour la JPA. Pourtant, 75% des personnes sondées (contre 80% dans une enquête précédente publiée en 2011) pensent que les colonies de vacances « contribuent à l’éducation de (leur) enfant, à (leur) apprentissage de la vie », et ce quasiment dans des proportions égales dans toutes les catégories sociales, selon l’enquête.

Parmi les raisons avancées figure en première place le prix (27% des familles pauvres justifient ainsi leur refus de la colonie, contre 5% des aisées). En France, environ 1,3 millions d’enfants sont partis en colonies de vacances (hors cadre scolaire) en 2019.

*L’enquête de l’Ifop a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1 003 personnes, parents d’enfants âgés entre 7 et 15 ans, selon la méthode des quotas, et interrogées par questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 17 mai.

Source : Colonies de vacances : les professionnels réclament un « PassColos »

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Veille Tourisme

Recevez chaque semaine notre veille métier et sectorielle dédiée au tourisme.